Concertation territoriale

Dès l’origine de Terre et Cité

Terre et Cité a vu le jour en 2001 sous l’impulsion d’acteurs locaux, pour porter un audit patrimonial financé par le Conseil Régional d’Ile-de-France et la Caisse des Dépôts et Consignations. La Région Ile-de-France, préoccupée par l’avenir des territoires restés agricoles à proximité de la capitale, avait en effet demandé à Henri Ollagnon de l’INA-PG (devenu AgroParisTech) d’étudier la place et le rôle de l’agriculture dans quatre territoires aux enjeux bien spécifiques : la Plaine de Versailles, le Plateau de Saclay et les villes nouvelles de Cergy et de Sénart. La démarche avait été portée localement par deux agriculteurs: MM. Jean-Marie Dupré et Christian Vandame.

Hervé Brédif avait conduit ce travail de recherche et d’analyse en rencontrant plus de 120 acteurs du territoire et en abordant avec eux les différentes problématiques liées à l’activité agricole sur le Plateau au cours de séminaires.

Quatre documents de synthèse apportent toujours aujourd’hui une vision pertinente de la place de l’agriculture sur notre territoire et de son potentiel. Sur le Plateau de Saclay, l’audit patrimonial a permis à de nombreux acteurs d’initier un questionnement vis-à-vis de cette problématique et de développer un autre regard sur le territoire. La prise de conscience qui a suivi cet audit a fait émerger plusieurs initiatives citoyennes, comme l’AMAP des Jardins de Cérès, l’une des premières AMAP en France, ou encore la Société Civile Immobilière Terres Fertiles qui rachètent des terres agricoles menacées.

 

 

L’actualisation de l’audit patrimonial en 2012

De septembre à novembre 2012, cinquante-cinq entretiens approfondis ont été réalisés par trois consultants et l’équipe de Terre et Cité auprès d’acteurs clés du plateau de Saclay sur le problème suivant : « Conditions et moyens d’une contribution renforcée de l’agriculture et des espaces ouverts du plateau de Saclay à la qualité de vie et à l’attractivité de ce territoire et de l’Île-de-france ».

Comparable dans sa méthode et dans son esprit au premier audit patrimonial réalisé dix ans auparavant, cette démarche a été l’occasion pour les soixante-dix personnes rencontrées de partager leur expertise sur la situation du territoire et d’esquisser une prospective et des propositions d’actions.

Cinq phrases stratégiques constituent la conclusion de ce long travail de synthèse et de recoupement des vécus de ces acteurs variés. Cinq phrases qui, au-delà de logiques préférentielles nettement distinctes, témoignent de l’existence de fortes convergences dans la manière d’identifier la situation  et les problèmes du Plateau et dans la volonté de les dépasser.

Ce long travail, validé par les personnes rencontrées, constitue une mise à jour de l’état patrimonial du territorial 10 ans après le premier audit et au regard des actions menées par les différents acteurs. Comme le premier audit, nul doute que ce document va constituer pour la décennie à venir un pilier dans la création d’un projet de territoire partagé et en évolution.

 


 

Des forums ouverts pour définir les projets de l’avenir

En 2013, un grand cycle de concertation territoriale a mobilisé de nombreux acteurs de toutes origines. 2 grands forums ouverts d’une journée complète ont notamment rassemblé une centaine d’acteurs chacun pour co-construire ensemble des priorités pour le territoire. Cette démarche participative était l’aboutissement du travail de rencontres individuelles que constituait l’audit patrimonial.

Terre et Cité met ainsi en œuvre l’intelligence collective pour un projet durable pour les espaces ouverts. Le succès de cette démarche a été largement relayé par les médias et sert aujourd’hui de modèle, par exemple dans le guide de la démocratie participative éditée par la Fondation Nicolas Hulot.

10 ateliers de suivi sur les sujets que les participants ont jugés prioritaires ont abouti à la rédaction d’un rapport de synthèse de l’ensemble des ateliers. Ce rapport structure désormais l’action de Terre et Cité et des groupes de travail prolongent désormais cette large consultation des acteurs pour faire aboutir leur vision.

La concertation fait partie du patrimoine génétique de Terre et Cité. C’est une modalité importante de sa raison d’être et de sa gouvernance que de faire se rencontrer les acteurs et de tenir compte des expériences et points de vécu de tous afin de construire un territoire vivant.