Livres et exposition

IMG_0679-1280x300

L’association Terre et Cité a accompagné la publication de deux ouvrages et de deux expositions qui présentent  les paysages du plateau, les femmes et hommes qui font l’agriculture du territoire mais aussi l’impact du changement climatique sur notre territoires : 

  • Saclay COP
  • Terres précieuses
  • Une Campagne vivante
  • Regards croisés

 

Saclay COP
Le Plateau de Saclay sous le prisme du Climat

Terre et Cité a la particularité d’être un espace de rencontre et de travail entre collectivités, agriculteurs, société civile et acteurs de la recherche, pour réfléchir ensemble au devenir de notre territoire. A ce titre, nous avions déjà participé ces dernières années à des travaux de recherche du Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (CEA) concernant les impacts locaux des évolutions du climat.

En raison de la COP21, il était donc naturel que nous travaillions à une traduction locale des enjeux climatiques sur notre territoire, et de ses futurs possibles. Dès le début de l’année, Terre et Cité a travaillé avec le soutien de la Région Ile-de-France, du Conseil Départemental de l’Essonne et de la Diagonale Paris-Saclay à la mise en place d’une grande exposition participative sur le thème du climat. Ce travail bénéficie d’une forte implication des acteurs de la recherche, mais également de nombreux autres acteurs locaux qui garantissent son accessibilité par le grand public. Nous remercions sincèrement le CAUE de l’Essonne, le Laboratoire d’Excellence BASC (notamment le LSCE – CEA et l’INRA), l’ENSPV et Jacques de Givry Publications pour leur implication forte dans ce projet.

Cette exposition, qui permet de comprendre et mettre en perspective les conclusions de la COP21, comporte trois grandes parties. La première partie vise à exposer les grands enjeux du climat. La seconde permet de présenter l’agro-écosystème de notre territoire et la manière dont il pourrait évoluer suite aux évolutions du climat. La troisième présente des réflexions quant aux devenirs possibles de ce territoire, et notamment des travaux en cours d’étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles.

L’exposition sera exposée le début de l’année 2016 au CEA et au sein des différentes collectivités de notre territoire. Vous trouverez ci-dessous une présentation complète de l’exposition.

Voir l’article du Parisien 

Voir le détail des panneaux

Terres Précieuses
Témoignages de femmes et d’hommes qui font l’agriculture du plateau de Saclay

Martine Debiesse, écrivain-biographe et membre de Terre et Cité depuis plusieurs années a souhaité donner la parole aux agriculteurs du plateau de Saclay dans le livre « Terres Précieuses ». A travers 33 entretiens, découvrez la richesse des parcours de ces femmes et hommes qui font l’agriculture du plateau. Retrouvez le lancement d’Emmanuel Vandame dans l’agriculture biologique et dans celle du fournil, l’installation de Charles Monville, les témoignages de Benoit Dupré, Guillemette et Olivier des Courtils de la Ferme de Viltain mais aussi ceux de la Ferme Trubuil, des pépinières Allavoine, des Jardins de Cocagne, de l’Abbaye du Limon …

Martine Debiesse a su retranscrire avec beaucoup de talent ces entretiens. Chaque anecdote, chaque trait de caractère contribue à faire ressortir travers les récits, les personnalités de nos agriculteurs. Après cette immersion au cœur de l’agriculture du plateau et de ses problématiques, vous ne regarderez plus les paysages du plateau de la même manière !

 

« Les gens qui viennent à la cueillette sont de toutes origines et de tous milieux sociaux. On ressent une vraie mixité. Côté provenance géographique, nous avons des clients « locaux » venant en voisins des vallées de Chevreuse ou de la Bièvre, mais aussi des clients parisiens, des arrondissements du sud, 13ème, 14ème, 15ème… qui allient  cueillette et sortie du week-end.   C’est en particulier très net après le Salon de l’Agriculture. Les familles nous y découvrent et viennent ensuite « à la campagne ». Au total, nous enregistrons chaque année, entre 90 et 110 000 tickets de caisse pendant nos huit mois d’ouverture. Au magasin, c’est entre 100 et 120 000 tickets de caisse par an et ce ne sont pas forcément les mêmes personnes. Certains clients ne vont qu’au magasin, d’autres sortent de la cueillette sans même savoir que nous avons, juste en face, un magasin de produits laitiers et artisanaux. » Extrait de l’entretien : Une agricultrice en « Chapeau de paille », Guillemette Dupré-des Courtils 

« Nous nous sommes donc lancés en bio en 2009, avec, cette année-là, la conversion de 21 hectares, puis de 32 l’année suivante. Les choses se passant bien, nous avons décidé, en 2012, de passer en bio les 184 ha restants. De par ma formation, je n’étais absolument pas là-dedans et je me suis retrouvé devant un défi aussi grand que si on avait demandé à Peugeot de fabriquer des avions. C’est toute la façon de cultiver, mais aussi toute l’organisation sur l’année, qu’il faut réapprendre. Et en bio, plus encore que pour l’agriculture en général, l’école, c’est vraiment « en faisant » et l’expérience n’a lieu qu’une fois par an. De plus, tout ce qu’on a fait l’année précédente ne sert pas forcément car la météo n’est jamais tout à fait identique. »     Extrait de l’entretien : Un céréalier traditionnel se lance dans l’aventure de la bio, Emmanuel Vandame 

« Certains agriculteurs nous voient parfois comme de doux rêveurs, comme des gens qui ne se rendent pas forcément compte des difficultés qu’ils rencontrent. Et cette prise de position foncièrement bio crée parfois une petite divergence avec ceux d’entre eux qui travaillent encore en traditionnel. Ce qui ne nous empêche pas d’être résolument à leurs côtés pour la défense de l’agriculture contre les aménagements d’urbanisation prévus sur le Plateau car, comme le disait très bien François Lerique : « Tant qu’il y a encore des terres agricoles, on peut espérer évoluer vers la bio, vers les circuits courts… mais à partir du moment où les terres sont bétonnées, il n’y a plus d’espoir du tout. ». Terres Fertiles soutient donc totalement les agriculteurs pour empêcher, autant que faire se peut, le bétonnage des terres du Plateau. Si on y arrive, on verra ensuite pour le côté bio ! » Extrait de l’entretien : Un achat collectif de terres agricoles, expression d’une conscience citoyenne des enjeux actuels, Laurent Sainte Fare Garnot 

 

 

 

 

 

FlyerA5 (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

terres-precieuses

288 pages, dont 32 de photos

Editions du Grand Carroi

12,50 euros

Cliquer ici pour commander le livre 

ou rendez-vous chez les agriculteurs et librairies du Plateau et de ses vallées: au Fournil, à la librairie LiraGif, à la Ferme de Charles, à la Ferme de Viltain, à l’abbaye du Limon, au Millefeuilles …etc

Une Campagne vivante

Sous la coordination de Jacques de Givry, une grande exposition photographique en extérieur a été réalisée sur l’agriculture, les espaces ouverts et le patrimoine du Plateau de Saclay et de ses vallées attenantes « une campagne vivante ». La diversité des points de vue et des sensibilités des 6 photographes ayant participé à l’exposition permet de dresser en une soixantaine de panneaux et 127 ima­ges, un panorama large et insolite de la diversité et de la richesse du patrimoine agricole et naturel du territoire. Les photographies sont exposées en haute définition sur des toiles de grand format (1,6x1m). Cette exposition est l’occasion idéale pour toute commune ou organisme public ou privé du territoire de créer un évènement autour de cette exposition. Inaugurée en avril 2013 en présence de nombreux élus, elle est régulièrement prêtée à des collectivités, entre­prises ou associations qui souhaiteraient l’utiliser ( Ferme de Viltain, Salle du Vieux Marché de Jouy-en-Josas, Mare de Sacaly à Saclay, Hall d’Honneur de l’Ecole Polytechnique, Université d’Orsay …).

A propos de auteurs

  • Jacques de Givry, qui représente l’association «les Amis du Grand Parc de Versailles» au Conseil d’administration de Terre et Cité, est photographe, auteur et éditeur. Il a publié une trentaine d’ouvrages de très grande qualité, reconnus comme tels par la presse et par ses pairs. Outre sa contribution photographique, il assure le montage et la gestion éditoriale de l’exposition. Il est l’auteur d’un ouvrage sur le Plateau de Saclay, reprenant en grande partie les photos de l’exposition, paru en hiver 2013. http://www.jdgpublications.com/
  • Francis Tack (Grand Prix d’Auteur de la Fédération Française de Photographie, premier prix du « Ballantine Finest international Photography Award»)
http://www.francistack.com/
  • Marie-Louise Bernard (Images Sans Frontières, Biennale internationale de photographie de Ravenne, Italie). http://bernard.marielouise.free.fr/
  • Patrick Evesque, photographe professionnel http://www.patrickevesque.com/portfolio/
  • Philippe Perche, animateur du photoclub de Saint-Aubin, trésorier de l’association
  • Laurent Sainte Fare Garnot, « explorateur » passionné des terres fertiles du plateau…

 

 

Racines d’avenir

Le plateau de Saclay a désormais son ouvrage de référence grâce à cette collaboration entre Terre et Cité, l’AGPV et JDG Publications. Ce livre qui reprend les clichés de nos six photographes, comprend également des textes d’Elizabeth Trimbach, Pierre Bergounioux,  Hervé Brédif, et Jacques de Givry qui nous permettent de mieux comprendre l’histoire et le caractère exceptionnel de ce territoire. Grâce à la Société française de photographie, vous trouverez dans ce livre quelques clichés des 1 200 plaques de verre, datant de la fin du XIXè siècle retrouvés dans une poubelle à Villiers-le-bâcle en 2013. Ce trésor désormais retrouvé nous fait revivre les scènes de la vie du XIX ème siècle. Yann Arthus-Bertrand a contribué à ce livre par la mise à disposition d’un texte et d’une photo.  Enfin, la post-face cosignée par les présidents des 3 communautés d’agglomérations présentes sur le territoire témoigne de l’intérêt porté aux espaces agricoles et naturels du Plateau de Saclay et de ses vallées et rappelle la nécessité de travailler ensemble dans le but de préserver ces paysages.

« Les petits paysans résistent à la pression puisque la terre constitue un placement et les produits agricoles rapportent. Blés et betteraves progressent. Au XXe siècle, la fraise ayant disparu et le chemin de fer l’ayant ignoré, Villiers, qui comprend plus de maisons que de foyers, s’endort tandis que la grande culture poursuit son chemin. L’église, délaissée par les chemins, ne veille plus que sur son cimetière. La grande place proche de la ferme a remplacé, en animation, celle de l’église. Plus pour très longtemps. L’histoire des champs se lit donc bien dans celle des toits. » Extrait du texte d’Élizabeth Trimbach

 » Pas question de faire halte sur les autoroutes et autres voies rapides qui quadrillent le plateau. Les blés ondulent sous le vent, tout près, à les toucher. On surprend du coin de l’oeil une mare sous un bouquet d’aulnes ou de saules. Mais ils sont inaccessibles. On ne peut s’arrêter ni même ralentir. Le large ruban d’asphalte surligné de blanc n’est pas destiné aux esprits songeurs, mélancoliques, qui chercheraient un remède aux persécutions ou le simple plaisir d’herboriser. » Extrait du texte de Pierre Bergounioux

« Au regard de la concentration de chercheurs, publics et privés, qu’il comporte, au regard de ses terres hautement fertiles, de son réseau de rigoles de grande valeur patrimoniale, de son tissu associatif extrêmement dense, de ses agriculteurs innovants, de l’étonnante variété d’ambiances paysagères qu’il offre et que donnent à voir, de plus de cent manières, les superbes photos du présent ouvrage, le plateau de Saclay est souvent considéré comme un endroit exceptionnel. La réunion de ces différentes qualités, à aussi brève distance du centre de la capitale, rehausse donc encore ce caractère singulier. Configuration résolument insolite et peut-être unique en son genre à l’échelle mondiale. De sorte que pour beaucoup – vous serez tôt ou tard frappés par le mot –, le plateau accède au rang de symbole. » Extrait du texte d’Hervé Brédif

 » L’immense chance du plateau de Saclay et de ses vallées, c’est de regrouper l’ensemble des composantes d’un territoire équilibré et dynamique, qui combine terres agricoles et espaces naturels avec activité économique, innovation et habitat. Son plus grand défi, c’est d’arriver à conjuguer intelligemment ces différentes composantes et de faire naître une vision commune harmonieuse et respectueuse, portée par l’ensemble des acteurs locaux. » Extrait de la Post-face co-signée par David Bodet, ancien Président de la Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay, Robert Cadalbert, ancien Président de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et Fraçois de Mazières, Président de la Communauté d’Agglomération de Versailles Grand Parc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CouvLivre

Format 23×23 cm – 160 Pages – 900g – 180 Illustrations

19 Euros – Pour commander le livre, contacter jdgpublications@wanadoo.fr

ou rendez-vous dans les librairies du Plateau et de ses vallées: Gif-sur-Yvette, Orsay, Palaiseau, Bièvres, SimplyMarket de Saclay…Points de vente du livre